News

Les Allemandes triomphent sur l’Argentine et accèdent à la grande finale

 
Montreux, Suisse, 10 juin 2017 - Dans la première des deux demi-finales du Montreux Volley Master qui se jouent ce soir devant des partisans endiablés, l’Argentine et l’Allemagne croisaient le fer avec le même objectif en tête: accéder à la finale de la 32e édition du Montreux Volley Master contre l’équipe gagnante de la deuxième demi-finale entre la Chine et le Brésil. L’Argentine, invaincue depuis le début du tournoi, et l’Allemagne, classée deuxième du groupe B au terme de la phase préliminaire, ont offert un spectacle magnifique à la foule montreusienne qui s’est soldé par une victoire de la troupe allemande en deux sets contre un (27-25, 25-19, 27-25, 25-19).
 
Le premier set va en faveur de l’Argentine, bien que ce soit l’Allemagne qui prenne la première avance du match à 6-3, alors que la passeuse Irina Kemmsies trouve sa cible préférée, Louisa Lippmann (5 attaques marquantes dans le set, 20 attaques dans le match). Les Argentines nivellent rapidement le pointage à 6-6 grâce à la force de frappe de leurs ailières Paula Yamila Nizetich et Elina Rodriguez, dans un scénario qui se reproduira tout au long du match. Alors que le jeu est à égalité 10 à 10, la libéro allemande Lenka Dürr s’illustre en ratissant le terrain pour sauver deux balles à bout de bras et permettre à ses coéquipières de reprendre l’avance. C’est alors que la passeuse Kemmsies en profite pour frapper une balle en fond de terrain. La passeuse argentine Helena Vidal réplique au point suivant avec une deuxième de son cru. Le ton est donné: à partir de maintenant, ce sera oeil pour oeil, dent pour dent. Les deux équipes se talonnneront jusqu’à la fin de ce premier set. Le jeu est à égalité à 23-23 alors que Lippmann s’impose offensivement pour permettre à l’Allemagne de bénéficier d’un premier point de set à 24-23. Mais les Allemandes ne pourront capitaliser et Rodriguez renversera la vapeur grâce à deux attaques marquantes bien placées pour mettre l’Argentine en position de gagner. Malgré la parité retrouvée par les Allemandes à 25-25 sur la magnifique attaque désaxée de la centrale Leonie Schwertmann, Las Panteras pourront compter sur l’habileté de Rodriguez (7 points dans le set), puis de Emilce Sosa pour sceller le sort de ce premier set époustouflant et permettre à l’Argentine l’emporter 27 à 25.
 
Sur une belle lancée, l’Argentine commence le deuxième set en force en marquant les trois premiers points. L’Allemagne répond par une attaque de Lippmann, qui ne se fera pas prendre deux fois suite à un bloc dévastateur à son égard par Lucia Fresco. L’Allemagne continue de s’imposer: les ailières Lippmann et Geerties sont fortement sollicitées et varient la force et les angles de leurs frappes pour déjouer la défense argentine. Alors que Las Panteras traînent 11 à 14, l’entraîneur Orduna fait un changement et intègre la passeuse Clarisa Sagardia au jeu pour changer le rythme, mais c’est tout de même les Allemandes qui prennent l’avance 16 à 13 au deuxième temps mort technique. Les joueuses des deux équipes s’échangent des frappes et les points, Rodriguez continuant particulièrement de s’illustrer. Un ace au service de Brinker donne le 20e point à l’Allemagne et une avance de 4 point pour entamer le dernier legs du set. Cette fois-ci, les Européennes ne laisseront pas filer cette avance et c’est évidemment Lippmann qui met le point final avec sa 8e attaquante marquante du set pour clore le tout 25 à 19. Chaque équipe a maintenant un set dans sa besace et cette demi-finale peut aller à l’avantage d’une équipe comme de l’autre. 
 
L’énergie est palpable au troisième set, chaque équipe étant consciente qu’une victoire est cruciale. La passeuse argentine Sagardia fait confiance à la fougueuse Nizetich sur les premiers points de son équipe, alors que l’Allemagne compte encore sur les services de son ailière Geerties à l’attaque et le mur au bloc de Marie Schölzel. Les Européennes prennent rapidement une avance de cinq points pour faire 9 à 4 au pointage. Cet écart entre les deux équipes demeure, l’Allemagne faisant preuve d’une puissance offensive continuelle sous les auspices de Schwertmann et de Lippman. Alors que le score est de 14 à 9 en faveur des Allemandes, la passeuse Vidal revient sur le terrain et semble insuffler une nouvelle énergie offensive pour l’Argentine, qui inscrit rapidement six points pour passer en tête 16 à 15, menée par Rodriguez qui ne peut être arrêtée par la défense allemande. La puissance de Lippmann permet toutefois d’égaliser la marque 18 à 18, alors que cette fin de set s’annonce aussi palpitante que la première. Encore une fois en fin de set, les deux équipes se retrouvent au coude à coude à 22-22 et l’Allemagne a encore le bénéfice du point de set à 24-23. Le scénario du 1er set se répète alors que Rodriguez permet de nouveau à égaliser le pointage en jouant sur les mains du bloc allemand. Mais cette fois-ci, les Allemandes tiennent bon et la troisième tentative est la bonne, l’Allemagne revendiquant une victoire de 27 à 25 et l’avance dans le match pour la première fois.
 
Les Argentines n’ont plus de marge de manoeuvre dans ce quatrième set, qu’elles doivent absolument remporter pour rester dans la course. La passeuse Vidal fait confiance à l’intense Nizetich au début du set alors que l’Allemagne joue avec sa centrale Möllers qui effectue une frappe magnifique sur la ligne pour donner une avance de 6 à 4 à son équipe. Elina Rodriguez est cependant toujours à l’affût et inscrit deux attaques pour permettre aux Panteras de dépasser leurs rivales à 8-7. Le jeu reste serré jusqu’à ce que l’Allemagne prenne une avance de 11 à 9. Le temps mort est alors demandé par l’Argentine, les joueuses étant conscientes qu’on ne peut laisser s’échapper les Européennes. La capitaine allemande Brinker joue de chance et de talent au retour du temps mort alors que son service roule sur le filet pour le 12e point de son équipe. Ses services méthodiques engendrent des difficultés chez les réceptionneuses argentines dont les options offensives sont diminuées. L’avance allemande se creuse à 15-9. Les Allemandes continueront de mettre la pression sur la troupe d’Orduna qui se butera souvent à la défensive allemande menée par Dürr, si bien que les Allemandes atteignent la fin du set avec une avance confortable de 20 à 13. Même si une attaque puis un bloc foudroyant par la centrale Sosa redonneront espoir à l’équipe argentine, ce sera de courte durée. Les Allemandes triomphent finalement pour un troisième set consécutif par le score de 25 à 19, éliminent leur rivales argentines et se qualifient pour la grande finale pour la 2e fois de l’histoire du tournoi. Parions qu’elles tenteront de répéter l’expérience d’il y a trois ans, alors qu’elles étaient sacrées championnes du Montreux Master de 2014.

{{item.LocalShortDate}}